Le Devoxx Morocco veut valoriser l’image et le rôle des développeurs informatiques

Le Devoxx Morocco veut valoriser l’image et le rôle des développeurs informatiques

Le rendez-vous annuel des développeurs, entrepreneurs et décideurs du monde IT se tiendra du 27 au 29 novembre à Marrakech.  Cette 7e édition est placée sous le thème «Beyond the Hype». Le Devoxx Morocco  permet de faire le point sur l’actualité numérique, selon Badr El Houari, fondateur de xHub.

Comment Devoxx Morocco contribue-t-il au développement de la scène informatique au Maroc?
La première contribution de Devoxx Morocco, c’est d’avoir démontré que le Maroc était un vivier de compétences en matière de NTIC et que le pays est parfaitement en mesure de s’imposer aux niveaux régional et mondial dans le domaine des nouvelles technologies. Nous sommes ainsi engagés, depuis nos débuts, en faveur du développement d’un savoir-faire digital 100% marocain, nécessaire à l’émergence d’une industrie nationale du logiciel. Nous participons de manière concrète à la dynamisation des relations entre tous les acteurs de l’innovation, de manière à promouvoir un état d’esprit qui soit tourné vers l’innovation appliquée. Devoxx Morocco a aussi permis de valoriser le métier du développeur, d’inculquer et de promouvoir la culture du code, ainsi que de catalyser et fédérer une communauté de talents IT. Ce dernier challenge est sans aucun doute le plus important si l’on considère que le code sera dans un futur proche la nouvelle littérature de notre époque.

Quelles sont les nouveautés de cette année?
Elles sont nombreuses! La principale nouveauté est notre passage à Marrakech, où nous allons atteindre une audience de quelque 2.000 personnes en provenance d’une cinquantaine de pays. Plus de 150 sessions seront proposées avec des formats différents, de la keynote au hands-on-lab en passant par le workshop. Le tout, animé par des experts internationaux travaillant pour les principaux acteurs du digital: Google, Facebook, Twitter, Uber, Tinder, Yahoo, IBM, Docker ou encore ING Bank et JP Morgan, entre autres. Cette programmation permettra une immersion technologique inédite à notre communauté, avec une réelle valeur ajoutée en termes de qualité de contenus.

Comment voyez-vous la place de la programmation informatique au Maroc et en Afrique?
La programmation informatique est un métier qui a tendance à être sous-valorisé au Maroc. Rares sont les individus qui veulent faire une carrière dans le codage! Néanmoins, cela est en train de changer. C’est pourquoi il est important de valoriser l’image et le rôle du développeur. Il ne s’agit pas d’un scientifique rêveur qui a la tête dans les nuages, mais d’une personne qui communique beaucoup et qui doit être un entrepreneur dans l’âme. En ce sens, être un développeur est moins un métier qu’un état d’esprit. Les développeurs sont en effet les pionniers du nouveau monde digital, et ils ont la charge d’apporter le changement avec une vraie culture du partage, de la communauté et d’apprentissage permanent.

Selon vous, qu’est-ce qu’il reste à faire pour mieux accompagner la révolution technologique au Maroc et en Afrique?
Les IT ne sont plus considérées comme des métiers supports, mais comme un vrai catalyseur de business et un levier essentiel de l’entrepreneuriat «tech». Tout le monde parle des stratégies digitales; néanmoins, le facteur humain est indispensable. Car sans les bons ingénieurs et développeurs, il est impossible de concrétiser une stratégie, aussi pertinente soit-elle! Je suis donc convaincu que, dans un futur proche, le principal obstacle pour les entreprises ne sera pas la technologie. Celle-ci est accessible, mais ce sont les talents qui manquent. Pour pallier cette situation, il faut sensibiliser les jeunes dès le plus jeune âge et créer davantage d’écoles de codage. Apprendre à coder n’est pas seulement la voie vers un métier: c’est aussi et surtout un moyen de se forger un esprit d’entrepreneur et se préparer aux métiers de demain, qui seront de plus en plus hybrides.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *