ELECTIEL, un logiciel « d’agrégation et de traitement » des données électorales du groupe Chaka mobile

ELECTIEL, un logiciel « d’agrégation et de traitement » des données électorales du groupe Chaka mobile

Le groupe Chaka mobile vient de mettre à jour son logiciel Electiel, une plateforme digitale « qui se propose de gérer le processus d’agrégation et de traitement des données électorales » à destination des parties prenantes aux élections, a annoncé mercredi son directeur général, le Sénégalais Mansour Sall, dans un entretien avec TECH221.

« Electiel est un logiciel qui se propose de faire la remontée des résultats des élections. Après scrutin et dépouillement, ces résultats sont saisis à travers un dispositif mobile et agrégé au niveau d’un serveur. Donc tout le travail de cumul et d’agrégation est fait au niveau du serveur », a expliqué M. Sall

Le directeur général de Chaka mobile, filiale du groupe CHAKA « créé en 1994 » et qui est un acteur international des technologies de l’information et de la communication, Mansour Sall soutient qu’« Electiel est un logiciel spécifique inspiré depuis 2007, mais qui voit un renouveau aujourd’hui grâce à l’environnement technologique dans lequel il se déploie ».

Faisant de « l’analyse statistique des résultats obtenus », Electiel donne ainsi « des moyens d’appréciation aux personnes » par rapport aux « ordres de grandeur » des résultats des élections.

Chaka mobile à travers Electiel veut révolutionner la manière de faire de certains médias au moment de la publication des résultats d’élections dans les bureaux de vote qui se basent souvent sur leurs correspondants qui les leur communiquent par téléphone.

Destiner aux parties prenantes aux élections

« Les médias sont des acteurs de premier plan en matière de remontée des informations des élections. Mais ça pourrait intéresser également les partis politiques qui pourraient calculer et jauger leurs performances en temps réel. On pourrait aussi parler des organismes internationaux qui viennent dans le cadre de missions d’observation, mais également de la CENA (Commission électorale nationale autonome) », a-t-il noté.

Le travail d’Electiel « n’est pas (forcément) de sécuriser les élections », mais il permettra surtout par rapport au fichier électoral « de faire un contrôle de cohérence à partir de notre logiciel », a assuré le directeur général de Chaka mobile.

« On aura besoin (juste) de la carte électorale qui nous permet de savoir le nombre de bureaux, de centres de vote et d’inscrits », a précisé Mansour Sall, soulignant n’avoir pas encore été contacté par les autorités même si « notre action n’est pas pour l’heure étatique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *